La crise sanitaire marque un véritable tournant dans le monde de l’emploi en Europe. Une grande première depuis près de 25 ans : le taux de chômage plancher dans l’UE (6,4 %) a été atteint. La reprise de l’économie à l’échelle des entreprises a été un facteur-clé, ce qui se traduit par une augmentation de 5,2 % du PIB (données de 2021). Outre la pénurie préexistante des profils dans certains secteurs depuis des années, le contexte pénurique sur le marché du travail s’est aujourd’hui généralisé. Pour les employeurs, une adaptation s’est avérée nécessaire. Afin d’attirer les meilleurs candidats, des précautions s’imposent et la question du salaire est très importante dans ce cadre. Si, de plus, vous choisissez d’embaucher un intérimaire plutôt qu’un employé en CDI, la définition du salaire peut devenir problématique.

Mission d’intérim : réglementation à connaître

Même s’il s’agit d’embaucher un intérim, des règles s’imposent. Tout d’abord, il existe un salaire en intérim de référence, au moins équivalent à celui d’un permanent dans un poste identique. A défaut de rémunération indicative, libre à vous de déterminer le montant tout en restant conforme à votre politique salariale. Par ailleurs, ce montant doit correspondre aux variations en lien avec votre convention collective, surtout au niveau des horaires spéciaux (jour, nuit, heures supplémentaires). Vous pouvez utiliser une plateforme dédiée pour intégrer les paramètres spécifiques aux clauses de la convention collective. Cela vous permet de faire et d’appliquer automatiquement les calculs sur la paie. Pour les indemnités et les primes, l’intérimaire doit être traité de la même manière que les employés permanents. Par exemple, il doit aussi bénéficier des tickets repas ou encore des frais de transport. Pour le paramétrage de tous ces éléments au moment de l’embauche, vous pouvez faire appel à un spécialiste en digitalisation de salaire en intérim.

Des salaires correspondant aux types de poste

Une fois que les impératifs concernant un salaire en intérim ont été définis, il est temps de vous pencher sur quelques repères en fonction du type de poste. D’abord, les salaires de référence sont toujours bruts et en taux horaire. Ils n’incluent aucune indemnité complémentaire ni cotisation patronale ou sociale. Pour chaque secteur d’activité, il y a des niveaux qui intègrent des critères d’expérience, de responsabilité, d’autonomie et de maitrise linguistique ou d’outils spécifiques. Il revient au chef d’entreprise de fixer des degrés de qualification compatibles avec l’organisation interne. Pour des missions dans le domaine tertiaire, on distingue plusieurs catégories. Une première regroupe les postes de commercial, talent acquisition et Business Déveloper. Ensuite, il y a les agents d’aide administrative, les comptables ou les gestionnaires de paie. Une autre classe réunit les fonctions de préparateur de commandes, d’agent de production ou de manutentionnaire. Si vous exercez dans le retail, il y a 4 catégories : vente et animation, chef d’équipe, rayonnage et caisse, équipe polyvalente. Ainsi, chaque situation doit être étudiée en détail. Pour cela, vous pouvez vous faire accompagner par des conseillers en fonction d’intérim.

Autres facteurs pouvant attirer les agents intérim

Le salaire en intérim est un des points déterminants en matière d’emploi, mais ce n’est pas l’unique critère qui peut rendre un poste attrayant. D’après un récent article publié aux Etats-Unis, environ 25 % des américains voudraient quitter leur travail actuel. Ce phénomène atteint progressivement le territoire métropolitain, bien que dans une moindre mesure. En réalité, les candidats ne considèrent pas uniquement la rémunération. Le management, la qualité d’accueil, les conditions de travail à distance, la localisation, les missions et valeurs de l’entreprise. Tous ces facteurs interviennent dans la décision des travailleurs, quel que soit le type de contrat proposé. Si vous optez pour l’externalisation du recrutement, vous devez préciser et prioriser vos attentes. Cela concerne entre autres les compétences attendues, les disponibilités et les matériels que vous comptez mettre à disposition de l’intérimaire. Tous ces facteurs doivent aller de pair avec la détermination du salaire et les candidats en tiennent compte dans leur choix ainsi que leurs prétentions salariales.

Définir un salaire juste, attractif et réglementaire

Après avoir clarifié vos impératifs et vos priorités, il reste à constater si elles sont attractives et réalistes du point de vue des candidats. En effet, le marché du travail met en jeu la loi de l’offre et la demande. Ainsi, pour déterminer un salaire en intérim, vous devez aussi prendre conscience des influences de la balance offre/demande. Certes, vous ne pouvez pas échapper au respect des règles, mais à part cela, il est primordial de trouver le juste milieu entre rémunération et avantages. Cela est indispensable pour que votre proposition de mission se distingue de la masse. Aujourd’hui, il ne suffit plus de proposer le SMIC horaire et quelques avantages classiques. L’expérience collaborateur doit être conçue comme un ensemble, même en matière de travail temporaire. Le but est de vous aider à trouver le bon employé, dans un contexte de rude concurrence sur le marché de l’emploi.